Quels sont les signes du trouble obsessionnel compulsif ? Depuis plusieurs années maintenant, les chercheurs du monde entier sont d’accord sur les critères qui permettent d’affirmer qu’une personne présente un trouble mental. Leurs recherches ont abouti à des listes de symptômes sur lesquels existe un véritable consensus scientifique. On les retrouve principalement dans deux ouvrages d’envergure : la 10e classification internationale des maladies (CIM 10), émanant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et la 4e version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM – IV), édité par l’Association des psychiatres américains (APA). En ce qui concerne les symptômes du trouble obsessionnel compulsif, ces deux publications montrent une forte cohérence. Le trouble obsessionnel compulsif est un trouble anxieux. Il est caractérisé par l’existence d’obsessions et de compulsions répétées entraînant une perte de temps ou une souffrance importante ou encore une gêne significative. Elles sont perçues par le sujet comme excessives ou déraisonnables, au moins par moment. Dans les deux classifications internationalement reconnues, le TOC fait partie des troubles anxieux et se caractérise par des obsessions et des compulsions. Les obsessions, ou pensées intrusives, sont des pensées, des images, des impulsions ou des représentations qui s’imposent à l’esprit et ne peuvent être chassées facilement. Elles entraînent une anxiété importante. Bien qu’elles soient souvent éloignées des valeurs du sujet, il les reconnaît comme venant de sa propre pensée. Elles ne lui sont pas imposées de l’extérieur. On peut classer ces obsessions par ordre de fréquence : • la contamination : c’est l’obsession d’avoir été souillé ou mis en danger par le contact avec un germe, une saleté ou un produit toxique ; • le doute pathologique : il consiste en la crainte d’avoir commis un acte grave ou d’avoir fait un oubli important ; • les préoccupations sur le physique ; • le souci d’ordre et de symétrie ; • la crainte d’avoir un comportement impulsif ou agressif ; • les idées ou images à caractère sexuel ou pornographique ; • les blasphèmes ou fautes concernant les croyances ou la religion. La plupart du temps, plusieurs de ces obsessions sont présentes ensemble chez une même personne. Les recherches récentes sur ce sujet démontrent que ces obsessions existent chez tout individu. Il n’existe pas de différence quant au contenu entre les pensées intrusives d’une personne souffrant de trouble obsessionnel compulsif et celles d’un sujet en bonne santé : elles ont le même caractère désagréable ou incongru. Ce qui les rend anormales ou pathologiques, c’est leur intense persistance, leur répétition plus fréquente et le fait qu’elles soient associées à une réaction anxieuse plus importante. La plupart du temps, les personnes qui en souffrent tentent de chasser ces pensées ou de s’en distraire. Elles résistent activement à leur intrusion, mais n’y parviennent pas vraiment. On note même que les efforts pour s’en défaire peuvent avoir un effet paradoxal : ils exacerbent l’attention pour ces phénomènes et en augmentent l’intensité. Les obsessions sont toutes les pensées, images, représentations et impulsions qui s’imposent à l’esprit et qui ont un caractère anxiogène. Elles sont présentes chez toute personne souffrant ou non de TOC. Pierre Dassigny